Il était une fois une princesse qui aimait les perles de pluie …

un conte zen pour enfants
un conte zen vietnamien

Il était une fois une princesse qui adorait la saison de pluie. Dans le palais d’été, il faisait souvent très chaud en fin d’après-midi, notre petite princesse Van Anh, « l’esprit des nuages », malgré sa peur des éclairs, aimait s’asseoir dans la véranda pour contempler les fils d’eau qui tombaient du ciel. Elle aimait par dessus tout les bulles de pluie qui s’évanouissaient rapidement en touchant le sol … elle aurait tellement voulu les conserver dans sa chambre ! Elle décida alors de faire part de son désir au roi père, elle lui dit : « Père, si mon désir n’est pas exaucé, je me laisserai mourir de faim, avoir une perle de pluie, c’est mon souhait le plus cher ! ». Le roi ne put raisonner sa fille et décida de publier une annonce qui sera lue dans tout le royaume. Celle-ci promet une belle récompense royale, des centaines de taels d’or en échange d’un collier de perles de pluie. Un jour, contre toute attente, un vieil homme se présenta aux gardes du palais d’été. Il leur dit « S’il vous plaît, veuillez annoncer ma venue au roi, j’ai une solution pour satisfaire le désir de la princesse Van Anh. ».

Le vieil homme s’avança et s’agenouilla devant le roi qui lui pria immédiatement de se relever. Il dit au roi : « S’il vous plaît, faites venir la princesse, je dois lui parler ! ». En attendant la princesse, ils dégustèrent le précieux thé de roche, récolté et séché dans les sources du « Truong Son » la chaîne des montagnes lointaines du centre du Vietnam, située à proximité de l’aéroport actuel de Danang. La princesse arriva, souriante. Le vieil homme dit: « Jeune princesse, j’ai entendu votre annonce et je crois que j’ai une solution mais il va falloir que vous m’aidiez. Mes yeux sont fatigués et je ne distingue plus que l’ombre des formes, aussi, si vous voulez que je réalise votre collier, il va falloir m’aider à récolter les perles de pluie, êtes vous d’accord ? » La princesse acquiesça immédiatement de la tête, elle applaudissait des mains et donna un gros baiser sur les joues asséchées du vieil homme. Ce dernier est l’hôte du palais, dans l’attente de la prochaine pluie.

La pluie arriva par une belle soirée d’été. Le vieil homme était assis dans le pavillon de chasse en forme octogonale de Yi King, comme la princesse, il guettait l’arrivée des premiers sons de la pluie. La princesse accourra à sa rencontre, le vieil homme lui dit : « Jeune princesse, je peux enfiler les perles mais je ne peux les voir, s’il vous plaît, auriez vous la gentillesse de les cueillir et de me les apporter ? » La princesse s’empressa d’acquiescer et alla à côté des gargouilles, espérant ainsi récupérer les plus grosses bulles de pluie. Mais, à son grand désespoir, dès qu’elles tombent dans sa main, elle s’évanouirent aussitôt. Elle resta de nombreuses heures mais toutes ses tentatives échouent, épuisée, elle courut au devant du vieil homme et pleura, ses larmes aussi, s’éclatèrent. Le vieil homme lui dit alors doucement : » Jeune princesse, votre père vous offrira un vrai collier en or qui ne s’évanouira jamais ! Quant à la pluie, immatérielle et évanescente, elle est insaisissable comme le vent, vous pouvez y goûter mais il vous est impossible de les conserver. Les perles arrivent et s’évanouissent, comme nous. Cependant, la pluie reviendra toujours, elle embellira la mer et nourrira les champs de riz. » Emue, la princesse lui donna un gros baiser, ses larmes trempèrent les joues asséchées du vieil homme qui s’en alla, vers les montagnes bleues. Quand au roi, il prit l’habitude d’apprécier les premières pluies, assis tranquillement aux côtés de sa fille chérie.